Pages






Curieux des empreintes et des chants laissés par les «transhumants », chanteur nomade moi-même, faiseur d’imaginaire, je file le temps et la "toile" au gré de multiples rencontres fraternelles. M’amusant de tout. Quoique souvent sérieux.

"Invente ! il n’est fête perdue au fond de ta mémoire. Invente les noirs béants de ce portail, l’ombre chaude à l’Equateur bue, et la foudre en tes mains reçue, ouverte comme un éventail"
(Extrait de « Langage » du poète Robert Ganzo 1898-1995)


mercredi 8 août 2012

Bien trop tard,


Dans mes yeux
Tes lèvres.
Le mauve cruel
Brulant d’une morsure.
Sur tes joues
L’altération vive
Enflammée
Du poids de mon épaule.
Plus tard encore
Après la dispute
Sur ta bouche
La lourdeur de mon ventre.
Et sur ton front maintenant
Le pesant mercure
D’un sanglot.
Sur tes lèvres toujours
L’éclaboussure soûle
Et chancelante
De mon râle.
Sous mes doigts
Malgré ton refus
Le doux récipient de ta peau
Transpirant mon  halène
Au chemin pour mes mains
Alanguies
Vers cet horizon brun.
Plus haut
Ma blessure
À ta poitrine
Éclabousse
Ton mal à mon oreille.
Dans ton âme  l’abandon
Du désespoir.
A ta ceinture
Une fermeture de feu
Épuisée
M’interdit
De gouter à ton ventre
Dans un projet d’orage.
A tes genoux
Mes mains capricieuses
Et nerveusement nouées.
Mon corps
Arcbouté au  tien
Crie son impuissance
À t’aimer mieux.
A tes pieds la semence.
Et maintenant,
Au-delà de nous
Bien trop tard,
L’amertume
De t’avoir retenu

1 commentaires:

Anonyme a dit…

Quel lâché de tourballons !!!!
Epoustouflant votre retour l’ami.
Tant annoncée
L’Affirmation
Ce matin.
Tout est à vous !
Métamorphose
Don
Voyez, cela ne
Nous empêche nullement de
Nous y baigner
Atmosphère
Emplie d’Eros
De jeunesse
De swing
Tous ingrédients
Que la mort seule
Pourra nous ravir.
Déjà chaque matin
Souvent à la lecture de
Vos coups de sang / grâce
Nous nous sentions tellement plus vivant
Ce qui est très fort
Dans l’instant c’est
Au diable
La didactique
La scolastique
Armure délaissée
Soyez en sur
Nous vous en redemanderons.
GeM

Enregistrer un commentaire