Pages






Curieux des empreintes et des chants laissés par les «transhumants », chanteur nomade moi-même, faiseur d’imaginaire, je file le temps et la "toile" au gré de multiples rencontres fraternelles. M’amusant de tout. Quoique souvent sérieux.

"Invente ! il n’est fête perdue au fond de ta mémoire. Invente les noirs béants de ce portail, l’ombre chaude à l’Equateur bue, et la foudre en tes mains reçue, ouverte comme un éventail"
(Extrait de « Langage » du poète Robert Ganzo 1898-1995)


lundi 25 juin 2012

Brigitte Engerer est morte à Paris ce 23 juin 2012.


Brigitte Engerer, pianiste française née à Tunis le 27 octobre 1952 et morte à Paris le 23 juin 2012,
http://fr.wikipedia.org/wiki/Brigitte_Engerer

«… Infaillible dans sa technique, héroïque dans sa prouesse, Brigitte Engerer s’offre tout entière aux spectateurs et à l’orchestre, son corps et ses doigts dansent avec délicatesse sur le clavier, chaque son vibre au plus profond, le raffinement de son jeu et sa présence puissante coupe le souffle à la salle suspendue aux notes d’une virtuosité non démonstrative… » (Bérénice Clerc – 13 juin 2012) 
50 ans après son premier concert au théâtre des Champs-Élysées, elle revenait dans ce même théâtre, jouer le concerto de Schumann, avec l’Orchestre de Chambre de Paris, qui fut son dernier concert, en relevant tous les défis.

Brigitte Engerer avec Henri Demarquette interprétent « la sérénade de la suite pour violoncelle et piano opus 16 » de Camille Saint-Saëns en 2010 en studio d'enregistrement.



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire