Pages






Curieux des empreintes et des chants laissés par les «transhumants », chanteur nomade moi-même, faiseur d’imaginaire, je file le temps et la "toile" au gré de multiples rencontres fraternelles. M’amusant de tout. Quoique souvent sérieux.

"Invente ! il n’est fête perdue au fond de ta mémoire. Invente les noirs béants de ce portail, l’ombre chaude à l’Equateur bue, et la foudre en tes mains reçue, ouverte comme un éventail"
(Extrait de « Langage » du poète Robert Ganzo 1898-1995)


dimanche 29 avril 2012

« Ça va mal finir » Depuis que tu es à l’Elysée je suis inquiet. Un livre de FRANCOIS LEOTARD.


Une lectrice disait à propos de son livre "Ça va mal finir"  en 2008 :
Je viens de finir le p'tit livre de François Léotard.
J'aimais beaucoup Philippe Léotard, comme acteur, poète et âme fragile.
Je n'aimais pas l'homme politique François Léotard
J'ai appris à découvrir l'homme.
Celui qui a su agréable se remettre en question sur la philosophie de la vie.
Elles sont tellement peu nombreuses ces personnes...

François Léotard : "Depuis que tu es à l’Elysée je suis inquiet" 


Au cours de leur vie politique, les deux hommes se sont croisés et appréciés. Mais en 2008 François Léotard, publie chez Grasset un texte au titre sans équivoque "Ça va mal finir", qui dresse un réquisitoire impitoyable sur l’action du Chef de l’Etat.

« Dans le monde sauvage des animaux politiques, il ne faut pas être sur le passage d'un prédateur »
« Et je crains que la belle histoire qui nous est racontée du haut de l'Elysée ne se termine mal ».
Plus loin :
« Pourquoi dis-je cela ? Parce que ces étrangers "mais nos frères pourtant" ont davantage honoré la France que ces "bons Français" qui tranquillement la salissaient à Vichy. Parce que ce sont souvent des étrangers qui ont aimé notre pays plus que nous ne l'avons fait. Parce qu'ils portaient "des noms difficiles à prononcer", parce qu'ils considéraient que peut-être dans le mot France il y avait un désir de droit et - qui sait - une résistance cachée ».

"Ça va mal finir", par François Léotard, Grasset, 138 pages. En 2008.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire