Pages






Curieux des empreintes et des chants laissés par les «transhumants », chanteur nomade moi-même, faiseur d’imaginaire, je file le temps et la "toile" au gré de multiples rencontres fraternelles. M’amusant de tout. Quoique souvent sérieux.

"Invente ! il n’est fête perdue au fond de ta mémoire. Invente les noirs béants de ce portail, l’ombre chaude à l’Equateur bue, et la foudre en tes mains reçue, ouverte comme un éventail"
(Extrait de « Langage » du poète Robert Ganzo 1898-1995)


mercredi 22 février 2012

Le peintre et sculpteur catalan Antoni Tàpies, considéré comme l'un des plus grands artistes de la deuxième moitié du XXe siècle, est mort ce lundi 6 février à Barcelone à l'âge de 88 ans.



http://www.franceinter.fr/dossier-la-mort-du-peintre-tapies

On peut le dire abstrait, mais c'est surtout un artiste qui a fait entrer l'objet dans la toile.
...
Issu d'une famille très bourgeoise, il s'était décidé à devenir artiste dans les années 40. Décidé. Une maladie, quelques errements de fièvre et voilà, le sort était jeté. Et puisque sortilège il y a eu au début de l'histoire, Tapies ne s'est pas orienté vers la peinture académique. C'est l'esprit de Duchamp et des dadas qui a soufflé sur lui, et les esprits de Miro ou Picasso. En Espagne il a fondé un mouvement proche du surréalisme


Tàpies acquiert une réputation internationale à partir des années 1950, mélangeant les matériaux dans ses œuvres, apportant une texture inédite. A la fin des années 1960, il dénonce le franquisme et marque un intérêt certain pour la culture et la philosophie orientale. En 1984, il crée la Fondation Antoni Tàpies, en plein cœur de Barcelone, dans un bâtiment.


Le portrait de Christine Siméone dans le journal de 8h
Lecture


Antonio Tàpies évoque sa rencontre avec Marcel Duchamp au micro de Daniel Ababie dans A voix nue: grands entretiens d'hier et d'aujourd'hui sur France Culture
Lecture



Antonio Tàpies évoque sa rencontre avec Miro, au micro de Daniel Ababie dans A voix nue: grands entretiens d'hier et d'aujourd'hui sur France Culture
Lecture




Voir aussi le blog de: Le blog de Christine Siméone.


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire