Pages






Curieux des empreintes et des chants laissés par les «transhumants », chanteur nomade moi-même, faiseur d’imaginaire, je file le temps et la "toile" au gré de multiples rencontres fraternelles. M’amusant de tout. Quoique souvent sérieux.

"Invente ! il n’est fête perdue au fond de ta mémoire. Invente les noirs béants de ce portail, l’ombre chaude à l’Equateur bue, et la foudre en tes mains reçue, ouverte comme un éventail"
(Extrait de « Langage » du poète Robert Ganzo 1898-1995)


dimanche 11 septembre 2011

Un « Opéra-bouffe » à Bessancourt. (Val d'Oise)


Du 9 au 18 septembre 2011
Contacts : 01 30 40 44 95

A Maria Collin artiste peintre amateur de salades.
Divagations syncrétiques:

L’Opéra-bouffe est un opéra visuel interprété par : Ani, Alain Chaste, Annick Chenu, Caroline Tafoiry, Françoise Bloom, GeM, Hélène Herbosa, Hervé Poulain, Maria Collin, Ermandorena, V. Gabralga, Olivier Valli, Viviane Legros, Fabrice Costantinis avec la participation de l'Atelier Ergothérapique duVerger et orchestré par le Maître incontesté et bienveillant envers chacun qu'est Menotti.

Ah si j'étais peintre, peintre et noceur, peintre et chanteur, peintre arrangeur pour un grand opéra bouffe,
je commettrai en éructant et en me tannant fortement la panse cela :

Par exemple:
Dans des poubelles transparentes, j'y verserai les emballages de produits pas très sains pour la santé glanés dans des poubelles.
ou alors, je peindrai un amoncellement d' hamburgers noyés dans leur ketchup, avec inscrit sur l'étiquette de présentation de l’œuvre le nombre d'obèses de par le monde.
C'est à dire: 500 millions...
http://www.rfi.fr/science/20110207-le-nombre-obeses-le-monde-double-30-ans

A contrario, correspondant plus à ta sensibilité, bien Chère Maria,

je dresserai (peindrai) sur l'un de tes magnifiques tissus blancs (mais a exposer en intérieur, voire même dépliés sur un grande table en grand format genre  « l'homme debout » une superbe table (voir autel dans le sens sacrificatoire et religieux du terme), (un ou plusieurs couverts dressés) peut-être exempts de nourriture, tout cela dans un faste inouï suggéré par la beauté du trait et des couleurs pour l'exemple bleu ultramarine ou d'un autre Lapis-lazuli « aphrodisiaque » avec des ors des gris, et sanguines (celles de tes très beaux coquelicots peints au lavis vendredi dernier).
les lavis me semblent importants, ils devraient donner à l’œuvre peinte toute la force poétique souhaitée. De plus ils sont habillés de grande coquetterie et savent bien se tenir à table.
Ainsi, ce ou ces couverts dressés seront magnifiques comme tu sais si bien le faire.
Les tonalités, la lumière de ces couleurs, l’aspect cristallin de l'ensemble nous mettront en appétit et en émoi.

Les plus belles tables au monde sont celles qui excitent et bouleversent nos sens à nous en faire pleurer.

A toi donc de nous tendre une nouvelle fois la toile, le piège ardent et amoureux de l'infinie beauté des choses.
Merci à Annie pour son invitation.
L'omelette persillée
Copyright: Manuel Vich.
http://art-chauve.net/





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire