Pages






Curieux des empreintes et des chants laissés par les «transhumants », chanteur nomade moi-même, faiseur d’imaginaire, je file le temps et la "toile" au gré de multiples rencontres fraternelles. M’amusant de tout. Quoique souvent sérieux.

"Invente ! il n’est fête perdue au fond de ta mémoire. Invente les noirs béants de ce portail, l’ombre chaude à l’Equateur bue, et la foudre en tes mains reçue, ouverte comme un éventail"
(Extrait de « Langage » du poète Robert Ganzo 1898-1995)


mercredi 31 août 2011

Théo.


 j'ai dans ma rue qui n'est pas mon quartier
un enfant enveloppé d'un mystère.
Il doit être âgé d'une dizaine d'année.
Il passe jour après jour,
et ce depuis 365 jours
chevauchant une trottinette dans un bruit d'animal
métallique assourdissant.
Il passe d'ici à la-bas
et repasse devant mes fenêtres.
Je n' ai jamais adressé la parole à cet enfant
énigmatique.
Dans ma rue qui n'est pas mon quartier,
aucun autre enfant
n'est plus lumineux que lui.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire