Pages






Curieux des empreintes et des chants laissés par les «transhumants », chanteur nomade moi-même, faiseur d’imaginaire, je file le temps et la "toile" au gré de multiples rencontres fraternelles. M’amusant de tout. Quoique souvent sérieux.

"Invente ! il n’est fête perdue au fond de ta mémoire. Invente les noirs béants de ce portail, l’ombre chaude à l’Equateur bue, et la foudre en tes mains reçue, ouverte comme un éventail"
(Extrait de « Langage » du poète Robert Ganzo 1898-1995)


jeudi 21 juillet 2011

La faim dans le monde et en Somalie !


"L'état de famine est déclaré dans deux régions de Somalie", peut-on lire sur le site de l'ONU. Mercredi 20 juillet 2011, après avoir lancé un appel aux dons pour éviter une tragédie humaine dans l'ensemble de la corne de l'Afrique, note RFI, (http://www.rfi.fr/afrique/20110720-etat-famine-est-desormais-decrete-somalie)
les Nations Unies ont finalement décrété l'état de famine dans les régions de Bakool et Lower Shabelle : "Et la crise pourrait s'étendre à toute la région si l'aide internationale n'est pas à la hauteur des besoins" (Lire ici l'article)...
"Le principal outil de mesure de la faim chronique dans le monde est le "cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire" (IPC). Ce système classifie la situation dans un pays ou une région du monde sur cinq niveaux : sécurité alimentaire, insécurité alimentaire, crise alimentaire, urgence humanitaire et enfin famine ou catastrophe humanitaire", analyse Le Monde.fr. "En Somalie, la plupart des analystes s'accordent désormais pour appliquer le niveau 5 à l'ensemble du pays" (Lire ici l'article).
Dans un communiqué, l'ONU indique que "350.000 personnes sont directement et gravement touchées par la famine dans ces deux régions du sud du pays, dont une partie est contrôlée par la milice Al-Shabaab. Le coordonnateur pour la Somalie a précisé que l’ONU déclarait des états de famine lorsque les taux de malnutrition aigüe des enfants dépassent 30%, que plus de 2 personnes sur 10.000 meurent par jour et que la population n’est pas en mesure d’avoir accès à la nourriture. "Dans certaines zones du sud du pays, le taux de malnutrition des enfants de moins de 5 ans dépasse les 50%", a-t-il constaté. Il a estimé que 300 millions de dollars sont immédiatement requis pour couvrir, pendant deux mois, les besoins alimentaires des habitants des coins les plus touchés ainsi que des personnes ayant fui ces zones pour rejoindre, Mogadiscio, la capitale somalienne, et les camps de réfugiés situés en Éthiopie et au Kenya" (Lire ici le communiqué).
http://www.dijonscope.com/014733-somalie-la-faim-au-xxie-siecle

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire