Pages






Curieux des empreintes et des chants laissés par les «transhumants », chanteur nomade moi-même, faiseur d’imaginaire, je file le temps et la "toile" au gré de multiples rencontres fraternelles. M’amusant de tout. Quoique souvent sérieux.

"Invente ! il n’est fête perdue au fond de ta mémoire. Invente les noirs béants de ce portail, l’ombre chaude à l’Equateur bue, et la foudre en tes mains reçue, ouverte comme un éventail"
(Extrait de « Langage » du poète Robert Ganzo 1898-1995)


dimanche 1 janvier 2012

Dette de la France (compteur en euros du déficit public).

Fin 2010, la France s'endette de 5 500 € de plus chaque seconde, soit 475 millions d'euros PAR JOUR, et près de 174 milliards par an.... Elle atteint 1 685 800 000 000 environ en septembre 2011 soit une dette de 25 830 euros par Français. La dette publique française représentait un total de 1.508 Milliards € d'emprunts soit 83% du PIB et 25 000 € par habitant.


Qu'est ce que la dette publique de la France ?

La dette publique comprend les dettes de l'Etat, de la sécurité sociale et des collectivités territoriales.

Au total, le service de la dette de l’État représente 173,7 milliards d'euros, ce qui équivaut à la totalité de ses ressources fiscales directes.

Au 30 juin 2010, la dette de la France au sens de Maastricht s'élevait à 82,9% de la richesse produite par la France en un an, soit le niveau visé par le gouvernement pour la fin 2010. En chiffres bruts, cela représentait 1591,5 milliards d'euros, selon l'Insee, soit une hausse de 56 milliards € par rapport au 31 mars.

Dette de la France à la fin 2010 : 1 700,8 milliards d'euros, soit 77,9 % du PIB
Déficit public français 2010 : 173,7 milliards d'euros (soit 5508 euros par seconde)
La charge de la dette, les intérêts, à verser pour 2010 prévu dans la loi de finance : 42,5 milliards €

Fin 2010, gouvernement prévoyait au niveau de dette record de 82,9% du PIB en 2010 et une hausse à 86,2% en 2011 et à 87,4% en 2012, avant de retomber à 86,8% en 2013 et 85,3% en 2014.

1 commentaires:

Lejournaldepersonne a dit…

Mouvement vers le rien
Cette course infernale est sans répit. Pire, c’est le fond et le fondement de tout le système qui fait la plus belle part à nos bulles financières…
Elles sont entrain d’éclater…
De nous annoncer la fin de la partie.
La mort de tous ceux qui ont voulu la vie à tout prix. A n’importe quel prix.
Au prix de renoncer à leur propre vie.

Enregistrer un commentaire