Pages






Curieux des empreintes et des chants laissés par les «transhumants », chanteur nomade moi-même, faiseur d’imaginaire, je file le temps et la "toile" au gré de multiples rencontres fraternelles. M’amusant de tout. Quoique souvent sérieux.

"Invente ! il n’est fête perdue au fond de ta mémoire. Invente les noirs béants de ce portail, l’ombre chaude à l’Equateur bue, et la foudre en tes mains reçue, ouverte comme un éventail"
(Extrait de « Langage » du poète Robert Ganzo 1898-1995)


dimanche 15 mai 2011

Très loin de Cordoue, chambre 14.


10 rais de lumières
poussiéreux
sur des draps blancs.

Au dehors
le scintillement croissant
des coquelicots.

Au dedans
un homme et un passant
lovés
en pleurs
l'un contre l'autre.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire