Pages






Curieux des empreintes et des chants laissés par les «transhumants », chanteur nomade moi-même, faiseur d’imaginaire, je file le temps et la "toile" au gré de multiples rencontres fraternelles. M’amusant de tout. Quoique souvent sérieux.

"Invente ! il n’est fête perdue au fond de ta mémoire. Invente les noirs béants de ce portail, l’ombre chaude à l’Equateur bue, et la foudre en tes mains reçue, ouverte comme un éventail"
(Extrait de « Langage » du poète Robert Ganzo 1898-1995)


mardi 10 mai 2011

Sa valise est posée sur un parquet. Dehors il pleut.


...
Il lui dirait:
Comme ces quelques hommes dormants
dans mes pensées
vous êtes à prendre autant que le poison
Au moment de l'assaut final.
...
Sur la table,
un petit bol 
"de vin de riz"
plus
un ruban rouge
et trois petites pièces de monnaie
trouées.
...

L’œil est imbibé
par le souvenir.
Un éclairage
sur la table
déployant des fantômes
blesse sa mémoire.


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire