Pages






Curieux des empreintes et des chants laissés par les «transhumants », chanteur nomade moi-même, faiseur d’imaginaire, je file le temps et la "toile" au gré de multiples rencontres fraternelles. M’amusant de tout. Quoique souvent sérieux.

"Invente ! il n’est fête perdue au fond de ta mémoire. Invente les noirs béants de ce portail, l’ombre chaude à l’Equateur bue, et la foudre en tes mains reçue, ouverte comme un éventail"
(Extrait de « Langage » du poète Robert Ganzo 1898-1995)


lundi 23 mai 2011

Printemps


Printemps
Chagrin profond
des cerisiers.

L'éclat
benoît
D'une rose.

Violet
le goût sucré
des liserons.

La douleur
pourpre 
d'un coquelicot.


hall d’hôtel. Barcelone
"Ombre Rose"
de
Jean-Charles Brosseau

cinq pivoines
odeur de poudre de riz
alanguies-Amoureuses.


Enfin,

il est six heures
du matin,

la fragrance
hérissée
des géraniums.




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire