Pages






Curieux des empreintes et des chants laissés par les «transhumants », chanteur nomade moi-même, faiseur d’imaginaire, je file le temps et la "toile" au gré de multiples rencontres fraternelles. M’amusant de tout. Quoique souvent sérieux.

"Invente ! il n’est fête perdue au fond de ta mémoire. Invente les noirs béants de ce portail, l’ombre chaude à l’Equateur bue, et la foudre en tes mains reçue, ouverte comme un éventail"
(Extrait de « Langage » du poète Robert Ganzo 1898-1995)


vendredi 6 mai 2011

« Le voleur parti / n'a oublié qu'une chose – / la lune à la fenêtre. »

— ( Titre: trad. Titus-Carmel, 1986)1


« Depuis que j’ai pénétré la voie du bouddha
Au temple de Caoqi,
Mille pics obturent délicatement l’entrée.
Enserrés de glycines, les arbres vieux sont desséchés,
Enveloppées de nuages, les roches soustraites sont froides.
Ma canne de pèlerin pourrit dans la pluie nocturne.
Mon kesa* moisit dans le brouillard matinal.
Personne ne demande de mes nouvelles,
Année après année, année après année, année après année ».

Taigu Ryôkan

  • *Robe de moine
Ryōkan Taigu 

(大愚 良寛, Taigu Ryōkan?1758-1831) était un moine et ermite, poète etcalligraphe japonais. Né Eizō Yamamoto (山本 栄蔵, Yamamoto Eizō?), il est plus connu sous son seul prénom de moine Ryōkan (良寛?, signifiant « Grand-Cœur »). Ryōkan est l'une des grandes figures du bouddhisme zen de la fin de la période Edo. Au Japon, sa douceur et sa simplicité ont fait de lui un personnage légendaire.
Sa vie d'ermite est souvent la matière de ses poèmes. Un soir que sa cabane a été dépouillée de ses maigres biens, il compose ce qui deviendra son haïku le plus connu et dont il existe de nombreuses traductions en diverses langues ; en voici un en français :

« Le voleur parti / n'a oublié qu'une chose – / la lune à la fenêtre. »




« Que laisserai-je derrière moi ?

Les fleurs du printemps,
le coucou dans les collines,
et les feuilles de l'automne ».




Lire :

Un livre:
Les bouddhas naissent dans le feu
D'Eric Rommeluere
Editions du Seuil
Coût: 19€uros.


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire