Pages






Curieux des empreintes et des chants laissés par les «transhumants », chanteur nomade moi-même, faiseur d’imaginaire, je file le temps et la "toile" au gré de multiples rencontres fraternelles. M’amusant de tout. Quoique souvent sérieux.

"Invente ! il n’est fête perdue au fond de ta mémoire. Invente les noirs béants de ce portail, l’ombre chaude à l’Equateur bue, et la foudre en tes mains reçue, ouverte comme un éventail"
(Extrait de « Langage » du poète Robert Ganzo 1898-1995)


mardi 24 mai 2011

Festins princiers et repas paysans à la Rennaissance


A la Renaissance, tout change… y compris l’alimentation des « puissants ». La fascination pour l’Italie, les réflexions des humanistes, l’invention de l’imprimerie, la découverte de l’Amérique, l’essor de la Réforme protestante… tous ces événements ont une influence sur les manières de manger, de cuisiner, et même de se tenir à table des contemporains de François Ier et de Catherine de Médicis.
C’est à la découverte de ces changements que nous convie Eric Birlouez. L’auteur nous parle de ces aliments (légumes, champignons, abats, beurre…) que les nobles, après les avoir longtemps méprisés, réhabilitent à l’aube du XVI° siècle. Il évoque leur goût immodéré pour la viande et les épices, ainsi que la « folie du sucre » qui, soudain, fait tourner les têtes couronnées. L’ouvrage nous apprend aussi que parmi les nouveautés « américaines », certaines (les pommes de terre et les tomates) mettront près de trois siècles avant d’être adoptées par l’ensemble des Français. Et il nous rappelle que la Renaissance est aussi la période où apparaissent la fourchette, l’assiette et la serviette individuelle, et où se codifient les « bonnes manières de table ».
Eric Birlouez nous fait également revivre ces humbles repas paysans où prédominent pain, bouillies, légumes et légumes secs.
Il évoque aussi la production agricole de l’époque, ces activités de labourage et de pâturage dont Sully a affirmé qu’elles « estoient les deux mamelles dont la France estoit alimentée ».

Du même auteur, aux Editions Ouest-France :  « A la table des seigneurs, des moines et des paysans du Moyen Âge. » (2009).


Éric Birlouez est tout d'abord un ingénieur agronome qui s'est spécialisé en histoire de l'alimentation. Il est également sociologue et consultant. Il enseigne en Histoire de l'alimentation et sociologie des comportements alimentaires dans plusieurs universités françaises et étrangères. Il a également publié des ouvrages et articles sur les sujet de l'alimentation et des aliments toujours en y soulignant les aspects historiques et sociologiques.   


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire