Pages






Curieux des empreintes et des chants laissés par les «transhumants », chanteur nomade moi-même, faiseur d’imaginaire, je file le temps et la "toile" au gré de multiples rencontres fraternelles. M’amusant de tout. Quoique souvent sérieux.

"Invente ! il n’est fête perdue au fond de ta mémoire. Invente les noirs béants de ce portail, l’ombre chaude à l’Equateur bue, et la foudre en tes mains reçue, ouverte comme un éventail"
(Extrait de « Langage » du poète Robert Ganzo 1898-1995)


samedi 30 avril 2011

L’entente criminelle des frères Assad.


Reuters Khaled Yacoub Oweis et Suleiman al Khalidi
                                                                                 BondyBlog


Les forces syriennes ont bombardé samedi la vieille ville de Deraa, dans le sud du pays, et pris d'assaut la mosquée Omari, épicentre du mouvement de contestation contre le régime du président Bachar al Assad, ont rapporté des habitants.
"Les pilonnages se sont intensifiés. C'est la pire soirée. Les femmes et les enfants sont sur les toits en train de crier 'Allah est le plus grand' contre le tyran", a raconté à Reuters, par téléphone, un habitant du quartier de Manchia dans la vieille ville. Selon lui, les agents des forces de sécurité pénètrent dans les maisons et poussent les hommes vers des autocars en attente.

"Il y a des tireurs embusqués sur le toit de la mosquée" Omari, a déclaré un autre habitant, en ajoutant que les forces de sécurité semblaient, pour la première fois, contrôler la vieille ville.
"Il semble qu'ils veuillent achever leur opération aujourd'hui. A voir le nouveau déploiement de chars, il semble qu'ils intensifient leurs opérations aujourd'hui", avait auparavant déclaré un autre habitant.
Deraa, qui compte 120.000 habitants, est le berceau du soulèvement qui a débuté il y a six semaines pour, au départ, réclamer davantage de libertés et la fin de la corruption. La violente répression du mouvement a entraîné une radicalisation avec des appels au renversement d'Assad.
Les troupes et les chars, commandés par un frère du président Assad, Maher, ont commencé à entrer lundi dans Deraa, coupant l'électricité et interrompant les communications.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire