Pages






Curieux des empreintes et des chants laissés par les «transhumants », chanteur nomade moi-même, faiseur d’imaginaire, je file le temps et la "toile" au gré de multiples rencontres fraternelles. M’amusant de tout. Quoique souvent sérieux.

"Invente ! il n’est fête perdue au fond de ta mémoire. Invente les noirs béants de ce portail, l’ombre chaude à l’Equateur bue, et la foudre en tes mains reçue, ouverte comme un éventail"
(Extrait de « Langage » du poète Robert Ganzo 1898-1995)


lundi 21 février 2011

"Manger peut-il nuire à la santé?"

Eric Guéret
Mardi 15 MARS sur ARTE.
"Manger peut-il nuire à la santé?" Eric Guéret le 16 février à 22h50 sur France 3

http://enfantsdelanouvelleterre.over-blog.com/ext/http://artdevivresain.over-blog.com/ext/http://mdrgf.c.topica.com/maaoznEab2OsYbIHPWqeafpL0Q/

Arsenic, plomb, mercure, dioxine, DDT... Autant de noms peu rassurants qui figurent pourtant dans les analyses sanguines de chaque Français. Comment ces substances arrivent-elles dans notre organisme ? Afin de le savoir, la journaliste Isabelle Saporta a remonté cinq filières alimentaires.


"Manger peut-il nuire à la santé ?" est une investigation longue et rigoureuse menée durant seize mois au cœur de la fabrique alimentaire.

Son objectif ? Décrypter le contenu de notre assiette grâce à une double enquête scientifique et de terrain.

Son but ? Nous permettre de faire face à la multitude d’informations anxiogènes et contradictoires auxquelles nous sommes constamment soumis à propos de ce que nous mangeons.


Le film s’intéresse aux filières de cinq aliments ou groupes d’aliments parmi les plus consommés en France : porc, saumon, pomme, tomate, pain et croissant. Des vergers d’Angoulême aux silos à grains des Moulins de Paris en passant par une porcherie industrielle près d’Angers ou une ferme d’élevage de saumons en Norvège, les enquêteurs ont glané les indices de notre malbouffe. Adjuvants, vitamines de synthèse chinoises, colorants, pesticides, antibiotiques, PCB, dioxines, autant de molécules chimiques que nous retrouvons dans notre assiette.


Le film ne s’arrête pas à un constat catastrophique. Il tente d’apporter des conseils au consommateur. Le tableau n’est pas complètement noir : mieux manger reste possible. A travers les portraits d’éleveurs ou d’artisans boulangers qui cherchent tout simplement à offrir à leurs clients des produits de qualité, le film montre qu'une autre voie est possible.
http://enfantsdelanouvelleterre.over-blog.com/

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire