Pages






Curieux des empreintes et des chants laissés par les «transhumants », chanteur nomade moi-même, faiseur d’imaginaire, je file le temps et la "toile" au gré de multiples rencontres fraternelles. M’amusant de tout. Quoique souvent sérieux.

"Invente ! il n’est fête perdue au fond de ta mémoire. Invente les noirs béants de ce portail, l’ombre chaude à l’Equateur bue, et la foudre en tes mains reçue, ouverte comme un éventail"
(Extrait de « Langage » du poète Robert Ganzo 1898-1995)


mercredi 26 janvier 2011

La révolution du jasmin est-elle exportable en Algérie ?

Ils scrutent l’écran d’un téléphone portable devenu micro-télévision. Pas pour tuer le temps, ce samedi 22 janvier, jour de soldes sur une artère principale du centre de Saint-Denis. Mais pour savoir ce qui se passe, là-bas, à Alger, pendant la manifestation non autorisée du RCD (Rassemblement pour la culture et la démocratie), un parti à dominante kabyle, à ne pas confondre avec le RCD de l’ex-président tunisien Ben Ali.

http://yahoo.bondyblog.fr/

A Saint-Denis, des Algériens face à l’exemple tunisien : «Nous, on a eu notre dose !»
Mardi 25 janvier 2011
Posté par Sandrine Dionys

La révolution du jasmin est-elle exportable en Algérie ? Les réponses de trois commerçants dionysiens originaires d'un pays dont le président, Bouteflika, incarne la paix retrouvée après le déchirement de la guerre civile.

Pour Sid-Ahmed, on est bien loin de la révolution du jasmin tunisienne.
« On a déjà eu la nôtre. C’était le 5 octobre 1988. Mais avec la décennie noire du terrorisme qui a suivi, aujourd’hui on n’a pas les nerfs ni la force d’avoir une autre révolution. Nous, on a eu notre dose ! Les Tunisiens, ils avaient la pire dictature du Maghreb mais en Algérie, même s’il y a des abus de pouvoir, ça n’a rien à voir. Avant 88, oui, on pouvait se faire tabasser comme en Tunisie mais maintenant, on peut s’exprimer dans la rue sans problème. Depuis l’arrivée de Bouteflika, on voit vraiment des changements positifs. »
Un commentaire :
De Matthieu
25 janvier 2011 à 21 h 47 min

L’histoire enregistre.
Et maintenant en 2011,tout un nouveau processus de révolte prévisible se met en place,inéluctable,inexorable et c’est toujours le peuple algérien au final dans les larmes,le sang et par ses martys qui va payer les pots cassés pour se dégager d’une nomenklatura pourrie,corrompue,despotique,népotique soutenue par les soi-disant grandes démocraties occidentales et Israël.
Voir l’ensemble du commentaire :
http://yahoo.bondyblog.fr/201101251230/a-saint-denis-des-algeriens-face-a-l%e2%80%99exemple-tunisien-%c2%ab-nous-on-a-eu-notre-dose-%c2%bb/#comments


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire