Pages






Curieux des empreintes et des chants laissés par les «transhumants », chanteur nomade moi-même, faiseur d’imaginaire, je file le temps et la "toile" au gré de multiples rencontres fraternelles. M’amusant de tout. Quoique souvent sérieux.

"Invente ! il n’est fête perdue au fond de ta mémoire. Invente les noirs béants de ce portail, l’ombre chaude à l’Equateur bue, et la foudre en tes mains reçue, ouverte comme un éventail"
(Extrait de « Langage » du poète Robert Ganzo 1898-1995)


mardi 18 janvier 2011

De plus en plus immoral et répressif, voici la nature même d’un Etat arriéré.

Lire de Jean François Bayart :
Indécences franco-tunisiennes.
http://www.mediapart.fr/club/blog/jean-francois-bayart/170111/indecences-franco-tunisiennes

Jean-François Bayart
http://www.fasopo.org/cv/bayart.htm

Politiste, spécialiste de politique comparée (directeur de recherche au CNRS)
Ancien directeur du Centre d’études et de recherches internationales (CERI) de Sciences Po et du CNRS, Jean-François Bayart est un spécialiste de politique comparée. Il est l’auteur de plusieurs essais, dont L’Etat en Afrique. La politique du ventre (Fayard, 1989 et 2006 pour une nouvelle édition augmentée), L’Illusion identitaire (Fayard, 1996) et Le Gouvernement du monde. Une critique politique de la globalisation (Fayard, 2004). Ses principaux travaux ont été traduits en anglais, en particulier The Illusion of Cultural Identity (Hurst & The University of Chicago Press, 2005) et Global Subjects. A Political Critique of Globalization (Polity Press, 2007). Il dirige la collection « Recherches internationales » aux Editions Karthala. Il a enseigné à l’Institut d’études politiques de Paris et dans les Universités de Lausanne et de Turin. Il co-anime le séminaire « Limites du politique, politiques des limites » à l’Ecole des hautes études en sciences sociales.

La réaction de MAM pose une autre question, qui ne concerne pas la Tunisie, qui concerne la France et ses émeutes en 2005: voilà le seul constat de notre gouvernement démocratique, les émeutes, il faut les réprimer, un point c'est tout, pas la peine de se poser de questions sur les causes... A-t-on vu gouvernement et majorité plus autiste?
Christophe Lemardelé
Médiapart

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire