Pages






Curieux des empreintes et des chants laissés par les «transhumants », chanteur nomade moi-même, faiseur d’imaginaire, je file le temps et la "toile" au gré de multiples rencontres fraternelles. M’amusant de tout. Quoique souvent sérieux.

"Invente ! il n’est fête perdue au fond de ta mémoire. Invente les noirs béants de ce portail, l’ombre chaude à l’Equateur bue, et la foudre en tes mains reçue, ouverte comme un éventail"
(Extrait de « Langage » du poète Robert Ganzo 1898-1995)


mercredi 15 décembre 2010

LIU XIAOBO : Je n’ai pas d’ennemis.

Copyright:

“I have no enemies” – je n’ai pas d’ennemis, sont les derniers mots prononcés en publics par le prix Nobel de la paix chinois Liu Xiaobo. C‘était le 23 décembre 2009, juste avant sa condamnation à onze ans de prison.

Copyright © 2010 euronews
http://fr.euronews.net/2010/12/15/nobel-de-la-paix-oslo-raconte-liu-xiaobo/

Le Chinois Liu Xiaobo a reçu le prix Nobel de la paix 2010. L'homme est un intellectuel chinois de renom, emprisonné pour ses convictions démocratiques et ancienne figure de proue du mouvement démocratique de Tia’nanmen en 1989.

M. Liu, 54 ans, purge actuellement une peine de 11 ans de prison pour "subversion du pouvoir de l’Etat" après avoir été l’un des auteurs de la "Charte 08", un texte réclamant une Chine démocratique. Auparavant, il avait déjà été emprisonné à plusieurs reprises pour ses idées et ses critique du régime communiste.
En 1989, de retour des Etats-Unis, où il avait enseigné à la Columbia University de New York, cet enseignant de l’Université normale de Pékin participe au mouvement démocratique de la place Tian’anmen, déclenchée par les étudiants. Arrêté après la répression du mouvement, il passera un an et demi en prison sans jamais avoir été condamné.

Il a de nouveau des ennuis avec le régime et est envoyé dans un camp de rééducation "par le travail" entre 1996 et 1999 pour avoir réclamé une réforme politique et la libération de ceux toujours emprisonnés pour avoir participé au mouvement de juin 1989.

Exclu de l’université, il devient un des animateurs du Centre indépendant Pen Chine, un regroupement d’écrivains. Il garde un contact étroit avec le monde intellectuel et même s’il ne peut pas être publié en Chine, ses livres sont notamment diffusés à Hong Kong.
La tribune de Genève
AFP
08.10.2010
11:16

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire