Pages






Curieux des empreintes et des chants laissés par les «transhumants », chanteur nomade moi-même, faiseur d’imaginaire, je file le temps et la "toile" au gré de multiples rencontres fraternelles. M’amusant de tout. Quoique souvent sérieux.

"Invente ! il n’est fête perdue au fond de ta mémoire. Invente les noirs béants de ce portail, l’ombre chaude à l’Equateur bue, et la foudre en tes mains reçue, ouverte comme un éventail"
(Extrait de « Langage » du poète Robert Ganzo 1898-1995)


dimanche 5 décembre 2010

Le voyage de Niels- Orchhä


Je vais bien et me repose actuellement dans un village paisible du nord de l’Inde, Orchhâ.




Aparté 3
Durant longtemps je n'ai pas vraiment aime l'Inde. Surtout, je n'ai pas aime la population indienne. Je les trouvais envahissants, bruyants, impolis, rustres, incultes.... Il n'y avait guère qu'avec l'architecture folle des villes, les temples et les sculptures magnifiques que je ressentais une forte résonance.
...
L’Inde authentique et puissante, enfin...
Haridwar pour les visnuite, Hardwar pour les sivaites, qu'importe, je t'aime!

Il me fallut découvrir Haridwar, cette ville sacrée traversée par le Gange. Une des quatre grandes villes (avec Allahabad, Ujjain et Nasik), ou prend place tout les douze ans le célèbre et gigantissime rassemblement de sannyâsin et sâdhu, nommé Kumbha Mela*.

Haridwar fut véritablement mon premier coup de coeur, j'y ai adoré flâner dans son gigantesque marché, y déguster de savoureux lassi et autres sweet, dévorer de merveilleux thali a 25 roupies dans des petit dhaba (petits restaus populaires)
...
J’ai découvert cette ville dans une atmosphère de fête et de guerre civile durant la célébration de Diwali, la fête des lumières (et des pétards et feux d'artifices), et j’ai été touché par le caractère souriant, accueillant, naturel de la population.

L'Inde est folle, colorée, démesurée, bruyante, assourdissante. Eblouissante. L'Inde, terre d'extrême, folie de la vibration.
Image:
http://www.trecom.fr/raag%20inde/Khumchotababa.jpg

Lire:
*Kumbha Mela:
La Kumbhamela ou Kumbha Mela - littéralement la fête, mela de la cruche, kumbha - est un pèlerinage hindou, se produisant quatre fois tous les douze ans et qui a lieu, à tour de rôle, dans les lieux saints : Prayâg, le nom hindou d'Allâhâbâd, dans l'Uttar Pradesh, Haridwar dans l'Uttaranchal, Ujjain dans le Madhya Pradesh et Nasik dans le Maharashtra. Chaque cycle de douze années inclut une Mahâ Kumbhamela ou grande Kumbhamela à Prayâg, à laquelle prennent part plusieurs millions de personnes, ce qui en fait probablement le plus grand pèlerinage de la terre. Les estimations considèrent que lors de la dernière Mahâ Kumbhamela en 2001, 70 millions de personnes se sont succédé sur les rives du Gange en trois semaines.

« Tous les douze ans, l'Inde tout entière frémit ; les villages s'agitent, les monastères se vident, des grottes de l'Himalaya descendent des ermites nus barbouillés de cendres, de la côte de Malabar, du cap Comorin, du golfe du Bengale, des monts Vindhya, du désert du Thar convergent des charrettes de toutes sortes, des cortèges de moines, des bandes de chemineaux, des troupes de lépreux, des suites de rajahs, des coches bondés de femmes cachées par des rideaux blancs, des trains pleins de citadins, une foule prodigieuse assoiffée de sainteté : les pèlerins de la Kumbh-Mela. »
Mircea Eliade, L’Inde
http://fr.wikipedia.org/wiki/Kumbhamela

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire