Pages






Curieux des empreintes et des chants laissés par les «transhumants », chanteur nomade moi-même, faiseur d’imaginaire, je file le temps et la "toile" au gré de multiples rencontres fraternelles. M’amusant de tout. Quoique souvent sérieux.

"Invente ! il n’est fête perdue au fond de ta mémoire. Invente les noirs béants de ce portail, l’ombre chaude à l’Equateur bue, et la foudre en tes mains reçue, ouverte comme un éventail"
(Extrait de « Langage » du poète Robert Ganzo 1898-1995)


mercredi 10 novembre 2010

Vainqueur des élections précédentes avec son parti, le prix Nobel de la paix, Aung San Suu Kyi, n'a pas pu se présenter.

Aung San Suu Kyi

Birmanie/Elections législatives -
Article publié le : mardi 09 novembre 2010 - Dernière modification le : mardi 09 novembre 2010

Birmanie : le parti représentant la junte revendique 80% des sièges
Par RFI
Le principal parti lié à la junte au pouvoir affirme mardi 9 novembre 2010 avoir remporté une victoire écrasante aux législatives de dimanche 7 novembre, en remportant environ 80% des sièges dans les assemblées nationales et régionales.

Vainqueur des élections précédentes avec son parti, le prix Nobel de la paix, Aung San Suu Kyi, n'avait pas pu se présenter.
Avec notre envoyé spécial à Rangoon, Rémy Favre
http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20101109-birmanie-le-parti-representant-junte-revendique-80-sieges

Rien d’étonnant dans ces résultats, le parti des militaires s’était assuré la victoire depuis longtemps. Les autorités avaient édicté des lois électorales injustes pour l’opposition, une opposition complètement paralysée pendant toute la campagne.
D’après le bras politique des militaires, la participation à ce scrutin serait d’environ 70 %. Ces chiffres ne sont pas officiels pour le moment. Comme à son habitude, la junte répand des rumeurs pour tester les réactions dans la population avant d’annoncer de manière ferme des chiffres officiels.

L’opposition est bien obligée de reconnaître sa défaite. De toute façon, elle n’avait pas les moyens d’observer le vote dans les 40 000 bureaux répartis dans tout le pays. Le principal parti d’opposition en course, semble revendiquer 16 sièges, c’est bien peu. «Nous ne pouvions rien faire, ils ont gagné grâce au vote par avance», explique le responsable du Parti démocratique.
Le scrutin a été entaché d’irrégularités, d’après beaucoup de candidats d’opposition ou sans étiquettes, le vote n’était même pas secret.

La Birmanie ou Myanmar, en birman et , /mjænˈmɑr/, en forme longue la République de l'Union du Myanmar, en birman Pyidaungzu Myanma Naingngandaw, , est un pays d'Asie du Sud-Est continentale ayant une frontière commune avec l'Inde, le Bangladesh, le Laos, la Chine et la Thaïlande. Elle est bordée par la mer d'Andaman au sud et par le golfe du Bengale au sud-ouest, avec environ 2 000 kilomètres de côtes au total.


Myanmar fait référence aux anciens habitants mythiques du pays et non plus seulement au groupe ethnique birman (littéralement, Myanmar signifie en birman « fort et rapide », qualités de ces fameux ancêtres mythiques). Plus exactement, Myan Ma signifie le pays merveilleux créé par ces « esprits-habitants mythiques » (Bya Ma). Avec cette dénomination et l'usage du mot « Union », le caractère multi-ethnique de l'État est souligné.

L'histoire de la Birmanie est ancienne et complexe. Elle se déroule à l'intérieur des frontières actuelles du pays, mais implique aussi les peuples des États voisins, sur les territoires actuels de la République populaire de Chine, de l'Inde et du Bangladesh, du Laos et de la Thaïlande, et plus tard les puissances coloniales : Portugal, France et surtout Royaume-Uni.

L'occupation humaine de la région remonte à au moins 11 000 ans. La première civilisation connue est celle des Môns, arrivés dans la région vers le IIIe millénaire av. J.-C. Mélangeant leur culture et celle de l'Inde, ils dominent le sud du pays du VIe jusque vers le milieu du IXe siècle (culture de Dvaravati). C'est de cette époque que datent les débuts du bouddhisme en Birmanie.

Régime autoritaire, l'État du Myanmar est dirigé par une dictature militaire depuis le coup d'État de septembre 1988. Le travail forcé est une pratique courante. Les organisations internationales des droits de l'homme classent la Birmanie parmi les mauvais élèves en matière de libertés publiques : la liberté de la presse et les droits de l'homme ne sont pas respectés, le pouvoir judiciaire n'est pas indépendant de l'exécutif et les partis d'opposition ne sont pas tolérés.

Le parti d'opposition mené par Aung San Suu Kyi (la Ligue nationale pour la démocratie ou NLD) a remporté les élections législatives en mai 1990 avec plus de 80% de voix en sa faveur, à la surprise de la junte qui espérait légitimer ainsi son pouvoir. Celle-ci a alors invalidé les élections. Le NLD lutte pour le retour de la démocratie dans le pays.

Événements de 2007 :
Article détaillé : Événements politiques de 2007 en Birmanie.

Un mouvement national de protestation a eu lieu en août et septembre 2007. Les manifestations ont commencé le 19 août 2007 à Rangoon pour dénoncer l'augmentation massive des prix des carburants et des transports en commun. Elles ont pris de l'ampleur à partir du 5 septembre 2007, où des moines bouddhistes ont été frappés par des miliciens de la junte, ce qui a suscité l'indignation générale. Des membres de la Ligue nationale pour la démocratie d'Aung San Suu Kyi, des étudiants et d'autres personnes ont rejoint les manifestations pacifiques des moines dans toutes les grandes villes du pays. Le mouvement a été brutalement réprimé à partir du 26 septembre 2007.


Lire :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Birmanie

Le 2 mai 2008, un cyclone de catégorie 4, Nargis, frappe très durement la Birmanie, en particulier la région de Rangoon. Le bilan officiel fait état de plus de 130 000 morts ou personnes portées disparues. Les ONG sur place parlent de 2,5 millions de sans abris. Dans le chaos le plus total, l'aide humanitaire peine à arriver sur place, les visas n'étant pas délivrés suffisamment vite par la junte au pouvoir, qui rechigne à accepter l'aide internationale. Quarante-huit heures avant le passage du cyclone, les services météo indiens ont informé les autorités de son arrivée mais l'information aurait été mal relayée dans le pays.

Religion :
Le bouddhisme en Birmanie est d'une manière prédominante de la tradition Theravada mêlé avec les convictions locales.

Le pays est très peu industrialisé, la population est essentiellement rurale. L'Organisation internationale du travail (OIT), dans son rapport de juillet 1998, décrit l'utilisation systématique par les militaires du travail forcé de la population civile.

Malgré la persistance de violations répétées des droits de l'homme par la junte au pouvoir, la Birmanie reste une destination touristique appréciée. Le nombre annuel de touristes ne dépasse cependant jamais 200 000 voyageurs, en majorité des Chinois et des Japonais.

L'opposition désapprouve le tourisme (et l'aide humanitaire) sous le prétexte qu'il représente un soutien financier très important de la dictature (ce qui est discutable comme cela est expliqué plus haut).

Les grandes structures de ce secteur, tout comme le secteur bancaire, sont détenues par la junte et ses sympathisants.
Mais il reste toujours possible pour les visiteurs de voyager de manière éthique et de faire en sorte que leur argent parvienne à la population locale (petits taxis, guesthouses, restaurants locaux, petits magasins, guides locaux, trajets en voiture, etc).
Voir :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Birmanie

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire