Pages






Curieux des empreintes et des chants laissés par les «transhumants », chanteur nomade moi-même, faiseur d’imaginaire, je file le temps et la "toile" au gré de multiples rencontres fraternelles. M’amusant de tout. Quoique souvent sérieux.

"Invente ! il n’est fête perdue au fond de ta mémoire. Invente les noirs béants de ce portail, l’ombre chaude à l’Equateur bue, et la foudre en tes mains reçue, ouverte comme un éventail"
(Extrait de « Langage » du poète Robert Ganzo 1898-1995)


mercredi 13 octobre 2010

Le voyage de Niels (suite): Bhagsu et Mc Leod Gang; Aparté 2

En Inde.
http://w-a-mi.blogspot.com/


                                           Copyright@ Anoop H.

http://1.bp.blogspot.com/_2m9Wj6g0ysI/SgkvbzSu2uI/AAAAAAAADYg/5HR3U8XBUI4/S220-h/Passport+Photo.jpg

Aparté 2

Les premiers rayons du soleil viennent tout juste d'apparaître lorsque je monte sur le toit terrasse de la « guest-house* » pour contempler le paysage...
La chaîne de montagne, sur les flancs desquelles se trouvent les villages de Bhagsu et Mc Leod Gang, forment un croissant de lune, ne laissant au regard qu'une légère ouverture vers l'horizon.

Vallée et villes sont encore plongées dans une légère pénombre, et seuls les hauts sommets des montagnes sont touchés par l'astre solaire. Reflétant la lumière de l'aube, les arbres qui les recouvrent se parent d'une teinte oscillant entre le jaune doré et le vert.

Le souffle du vent, le piaillement des oiseaux, le croassements des corbeaux, et le bruit a la fois proche et lointain de la chute d'eau -inaccessible a ma vue mais que je sais cachée derrière une montagne-, sont les seuls bruits résonnants en ces lieux. Se laissant porter par les vents, de grands aigles volent dans le ciel en traçant des cercles autour de la cime des arbres.
D'abord d'un blanc laiteux, le ciel s'emplit peu a peu d'un bleu prometteur d'une matinée ensoleillée. Mais en cet instant, l'air est encore froid et humide, il porte la mémoire de la nuit noire et glacée qui règne en cette région. Air gelé, mais d'une grande pureté, qui caresse la peau grelottante, emplit les narines et les poumons d'un souffle vivant.

Petit a petit, les rayons du soleil, descendants sur les flancs des montagnes, réchauffent les maisons les plus hautes. Bientôt, l'ensemble de la ville sera illuminée, et, réveillés par cette source de vie, les hommes sortiront de leur logis. L'agitation et le bruit de l'activité urbaine prendront alors le pas sur le calme et la splendeur tranquille régnant, pour quelques minutes encore, dans le coeur de la vallée.
guest-house* : Pension de famille

Niels le
12 octobre 2010
Publié par Niels à l'adresse:
http://w-a-mi.blogspot.com/
Niels, c'est aussi:
http://yoga-ecce.blogspot.com/

En visitant un des petits temples annexes, j'entends les brahmanes faire sonner les cloches annonçant la pûjâ
(cérémonie rituelle). Dans la cella, après l'avoir ornée de multiples marques de pigments et fleurs, les brahmanes éveillent la divinité en faisant passer une flamme devant elle...

Témoin de cette scène, je me sentais un peu comme un intrus, comme si le fait de regarder la réalisation d'un acte dévotionnel, sacré, sans y participer également relevait d'une forme de sacrilège ou d'offense...
Je me contentais donc d'observer de loin, ne sachant quelle attitude adopter sur le moment.

En sortant du temple, j'aperçois derrière le mur d’enceinte un éléphant enfermé dans une cage, une patte solidement attache à un piquet au sol. Ne pouvant que rester sur place, l'imposant pachyderme se balançait de droite a gauche, comme pris dans une danse hypnotique et répétitive. Je ressentis une forme de tristesse à la vue de cet animal enfermé dans sa cage, exposé ici comme une bête de cirque...

Thanjavur :


Aujourd'hui peuplée de 220 000 habitants, Thanjavur fut la capitale de la dynastie Chola à l'époque de son apogée entre le 10ème et le 14ème siècle. Les nombreux temples de la région de Thanjavur, construits à cette époque, témoignent encore de l'influence passée des rois Chola.

La ville est connue pour la qualité de ses instruments de musique, de sa soie et pour son école de peinture. Les artistes de Thanjavur ont pour habitude de peindre Krishna avec la peau blanche et non pas bleue ou noire comme le veut la tradition.

Suite de la journée à venir dans la prochaine mise à jour...

Thanjavur
Photographie :
http://www.prometheal.com/prometheal/prometheal.nsf/Photos/thanjavur3/$File/thanjavur3.jpg

Voir aussi :
Le lingam

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire