Pages






Curieux des empreintes et des chants laissés par les «transhumants », chanteur nomade moi-même, faiseur d’imaginaire, je file le temps et la "toile" au gré de multiples rencontres fraternelles. M’amusant de tout. Quoique souvent sérieux.

"Invente ! il n’est fête perdue au fond de ta mémoire. Invente les noirs béants de ce portail, l’ombre chaude à l’Equateur bue, et la foudre en tes mains reçue, ouverte comme un éventail"
(Extrait de « Langage » du poète Robert Ganzo 1898-1995)


lundi 18 octobre 2010

Le voyage de Niels; Thanjavur - Madurai by train-

En Inde.
http://w-a-mi.blogspot.com/

Après deux jours passés à Thanjavur, nous prenons un billet de train Pour Madurai. Départ 12h15.

(Enfin, affiché comme partant à 12h15, les horaires indiens étant toujours donnés a titre indicatif!)
Le train arrive presque à l'heure, apparemment assez chargé, enfin nous ne sommes pas écrasés comme des sardines, mais il n'y a plus de places assises sur les banquettes
...
Qu'à cela ne tienne, alors que je m'apprête à ranger les sacs sur le porte bagages situé au dessus des banquettes (qui se présentent comme des grosses barres métalliques fixées aux cloisons), je vois un homme allongé dessus. Visiblement les portes bagages indiens c'est du solide, amusé, je trouve que ce n'est finalement pas une mauvaise idée et avisant un autre espace libre, je grimpe sur ces sièges de fortunes, et m'y trouve assez confortablement installé.

Les filles sont cependant beaucoup moins emballées par cette idée, voir carrément sceptiques. Mais elles finiront par m'y rejoindre après avoir vu le grand nombre d'indiens assis sur ces structures, l'idée de rester debout pendant 5 heures les aura sans doute également aidées à vaincre les quelques réticences restantes
...
Les indiens assis sur les banquettes en dessous de nous sont visiblement assez amusés de voir des touristes perchés sur ces sièges de fortunes. Les filles râlent un peu pour la forme, puis, le train partant, finissent par s'assoupir. Bon, ce n'est certes pas le mode de transport le plus confortable mais je lui trouve un certains charme.

Durant l'escale à Trichy, le train se vide d'une grande partie des voyageurs, ce qui nous permet de descendre nous asseoir sur les banquettes. Comme à chaque escale ferroviaire, de nombreux vendeurs de nourriture, boissons et gadgets ambulants circulent dans les rames du train en criant d'une fois nasillarde le nom des produits qu'ils vendent. Très souvent résonnent le " Cay- garam cay- coffee" ou autre " Biryani- veg biryani" (plat populaire de riz épicés avec légumes). Nous prenons chacun une barquette de biryani, 20 roupies l'unité, prix très correct. Une fois le plat fini, je cherche une poubelle pour jeter la barquette, mes recherches resteront infructueuses, il n'y a rien de tel dans le train. J'observe les indiens pour voir comment ils font. Question naïve et idiote au fond: bien évidemment, ils jettent tout leur détritus par les fenêtres!

Le train repart, Ophelia sympathise avec ses voisins en donnant de quoi dessiner à une petite fille de 9 ans assise en face d'elle, tout de bleu et vert vêtue. Munie d'un petit guide de voyage, elle tente de parler tamil avec son voisin, ce qui lui vaut un énorme succès! Tout le compartiment s'amuse de ses bafouillages, un voisin l'aide pour la prononciation de quelques phrases basiques comme « quelle heure est il, quel est votre nom, quel age avez-vous »

Ambiance chaleureuse et souriante dans le wagon, en y repensant, les indiens se montrent souvent très curieux et sociables, particulièrement dans les transports en commun!
Publié par Niels le, 10/16/2010.

Madurai :
La légende raconte que le jour où la ville devait recevoir son nom, tandis que le dieu Shiva bénissait sa terre et ses habitants, le nectar divin (madhu) se mit à pleuvoir depuis sa chevelure, ce qui fit que la ville reçut le nom de Madhurapuri. En fait, Madurai est plus probablement la déformation du mot tamoul marudhai (மருதை) qui signifie « région agricole fertile avec le sol alluvial ». Certains habitants de la ville l'appellent d'ailleurs toujours Marudhai. On la qualifie aussi parfois d'Athènes de l'Orient du fait de sa richesse architecturale en temples. Elle est aussi célèbre pour ses fleurs de jasmin que les femmes tamoules entremêlent dans leur coiffure.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Madurai

Un livre à lire recommandé par Niels:
Mythes et dieux tibétains
une entrée dans le monde sacré
de Fabrice Midal
Edition POINTS sagesse 5€95

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire