Pages






Curieux des empreintes et des chants laissés par les «transhumants », chanteur nomade moi-même, faiseur d’imaginaire, je file le temps et la "toile" au gré de multiples rencontres fraternelles. M’amusant de tout. Quoique souvent sérieux.

"Invente ! il n’est fête perdue au fond de ta mémoire. Invente les noirs béants de ce portail, l’ombre chaude à l’Equateur bue, et la foudre en tes mains reçue, ouverte comme un éventail"
(Extrait de « Langage » du poète Robert Ganzo 1898-1995)


jeudi 8 juillet 2010

Gabriel Mesquida: Poème retrouvé.

Odeurs de
Safran cuit

Vertes olives à l’oliveraie
Déchirure d’une robe
Et rubans au col pour les garçons

Ce soir c’est le bal des conscrits
1-2-3

Trois petits tours
Et puis s’en vont

Cueillir l’olive à l’olivaie

Rubans au col
Robes déchirées

4
  5
    8

Aux bras des garçons.
Gabriel Mesquida
(1925-1952)

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire