Pages






Curieux des empreintes et des chants laissés par les «transhumants », chanteur nomade moi-même, faiseur d’imaginaire, je file le temps et la "toile" au gré de multiples rencontres fraternelles. M’amusant de tout. Quoique souvent sérieux.

"Invente ! il n’est fête perdue au fond de ta mémoire. Invente les noirs béants de ce portail, l’ombre chaude à l’Equateur bue, et la foudre en tes mains reçue, ouverte comme un éventail"
(Extrait de « Langage » du poète Robert Ganzo 1898-1995)


vendredi 12 février 2010

...?

«Hier matin (mercredi) à 6h, la police est intervenue dans la maison. On a eu 10 minutes pour quitter les lieux, je n’ai pu prendre que des vêtements, raconte Sanogo Ibrahima d’origine malienne qui a vécu 10 ans dans le squat. On n’a pas eu le temps de prendre nos documents, notre argent. Deux heures après, ils commençaient à démolir la maison. Pour moi, c’est une grosse humiliation. Mais je tiens le coup, j’ai pas le choix, on est là.»


«On m’a mis dehors. Il fait froid, poursuit Céro Traoré. On s’attendait à une expulsion parce qu’on sait que le squat n’est pas légal, mais pas quand il neige comme ça. C’est pas humain de faire ça maintenant.»
...
http://www.liberation.fr/societe/0101618808-on-s-attendait-a-une-expulsion-mais-pas-quand-il-neige-comme-ca

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire