Pages






Curieux des empreintes et des chants laissés par les «transhumants », chanteur nomade moi-même, faiseur d’imaginaire, je file le temps et la "toile" au gré de multiples rencontres fraternelles. M’amusant de tout. Quoique souvent sérieux.

"Invente ! il n’est fête perdue au fond de ta mémoire. Invente les noirs béants de ce portail, l’ombre chaude à l’Equateur bue, et la foudre en tes mains reçue, ouverte comme un éventail"
(Extrait de « Langage » du poète Robert Ganzo 1898-1995)


samedi 3 octobre 2009

« Bidoche », les ravages de l'industrialisation de la viande

Par Sophie Verney-Caillat Rue89 01/10/2009 ११ह५३

Quand vous aurez lu « Bidoche », « L'industrie de la viande menace le monde » le livre de Fabrice Nicolino vous ne mangerez plus de viande comme avant.

Le problème a beau ne pas dater d'hier, il s'aggrave. Car quand les Chinois voudront manger autant de viande que nous, où trouverons-nous les terres pour nourrir tous ces animaux qu'in fine nous mangerons ? Comme l'explique Fabrice Nicolino :

« Pour fabriquer une protéine animale il faut six à sept protéines d'origine végétale, car le rendement énergétique d'un animal est très faible. S'il faut toujours plus de céréales pour nourrir les animaux, ce sera au détriment des humains alors qu'un milliard de personnes ne se nourrissent déjà pas à leur faim. »

On ignore trop que l'industrialisation de la chaine alimentaire, au nom de l'eugénisme, fait disparaître des races entières d'animaux, mais surtout détruit les forêts. Ainsi pour le soja. L'auteur nous livre cette donnée saisissante : pour satisfaire la consommation en viande de chaque Français, il faut 659 mètres carrés de soja, généralement en Amérique latine

Son livre est truffé de chiffres tous aussi effrayants que réels :

99,5% de la viande consommée en France provient de systèmes industriels

Un Français mange en moyenne 92 kilos de viande par an

Plus d'un milliard d'animaux domestiques sont tués en France chaque année

Des élevages américains peuvent compter 150 000 volailles, des porcheries de 5 000 à 10 000 têtes

18% des gaz à effet de serre d'origine anthropique dans le monde sont dus à l'élevage

Face à cette destruction déjà avancée de la planète, que faire si ce n'est arrêter de consommer des poulets hors sol et du porc breton tout en se berçant de l'illusion que nous sommes un pays qui aime ses paysans, une fois par an lors de la grand messe du salon de la porte de Versailles ? Voici ce que l'auteur suggère :

Ainsi, nous n'aurions donc rien appris de la maladie de la vache folle, du veau aux hormones, et de tous les scandales comme les algues vertes dues à l'épandage de lisier en Bretagne… Apparemment non !

Fabrice Nicolino défend l'idée que la pandémie de grippe A, appelée « porcine » jusqu'à ce que les éleveurs ne crient au loup, est une résultante directe de ce système industriel

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire