Pages






Curieux des empreintes et des chants laissés par les «transhumants », chanteur nomade moi-même, faiseur d’imaginaire, je file le temps et la "toile" au gré de multiples rencontres fraternelles. M’amusant de tout. Quoique souvent sérieux.

"Invente ! il n’est fête perdue au fond de ta mémoire. Invente les noirs béants de ce portail, l’ombre chaude à l’Equateur bue, et la foudre en tes mains reçue, ouverte comme un éventail"
(Extrait de « Langage » du poète Robert Ganzo 1898-1995)


mercredi 2 septembre 2009

Economie : la réalité va rattraper les naïfs optimistes de la rentrée

Par Le Yéti yetiblog.org 27/08/2009 à 12H30
Rue 89

Ils ont beau claironner que tout va « moins mal que prévu », s'ébahir devant la « surprise » d'un petit +0,3% de PIB en juillet, cela illustre toute la confusion de leurs prévisions. Ils ont beau s'enivrer des dernières envolées boursières, d'« indices de confiance » frémissants et voir venir des reprises à tous les coins de rue, ils n'y pourront rien : cette rentrée s'annonce sous les pires auspices pour l'économie réelle. Et pour les populations.

Lire :

http://www.rue89.com/yeti-voyageur/2009/08/27/economie-la-realite-va-rattraper-les-naifs-optimistes-de-la-rentree

Quelques petites bouées pour ne pas se noyer ?

Ne restent aujourd'hui que les travaux inlassables de quelques chercheurs isolés (Paul Jorion et sa nouvelle constitution pour l'économie).

http://www.mediapart.fr/club/blog/jean-marie-padovani/060609/attention-paul-jorion-peut-vous-gacher-les-vacances

Et quelques solutions localisées. Comme les Amap et autres associations citoyennes.

Quelques arrangements de gens de bonne volonté, marginaux mais de plus en plus nombreux par la force des évènements (vous allez voir que nos producteurs laitiers vont les rejoindre, eux qui n'auront bientôt plus d'autres solutions que d'échapper à la filière des grands distributeurs).
Peu de choses, n'est-ce pas ? Juste quelques combines façon système D pour échapper autant que faire se peut au terrible orage. C'est déjà ça.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire