Pages






Curieux des empreintes et des chants laissés par les «transhumants », chanteur nomade moi-même, faiseur d’imaginaire, je file le temps et la "toile" au gré de multiples rencontres fraternelles. M’amusant de tout. Quoique souvent sérieux.

"Invente ! il n’est fête perdue au fond de ta mémoire. Invente les noirs béants de ce portail, l’ombre chaude à l’Equateur bue, et la foudre en tes mains reçue, ouverte comme un éventail"
(Extrait de « Langage » du poète Robert Ganzo 1898-1995)


lundi 2 mars 2009

Le scandale des prisons françaises continue

Lundi 2 mars 2009
FRANCE
prisons

Le projet de loi tant attendu se contente d'aménagements mineurs.
Les prisons françaises sont la honte de la République.
Elles ont valu à la France d'être condamnée par le Conseil de l'Europe. Plusieurs rapports parlementaires ont décrit l'état déplorable des établissements pénitentiaires et l'irrespect absolu des droits fondamentaux des détenus. Malgré cela, le législateur a préféré changer tous les trois mois le code pénal et le code de procédure pénale au point de donner le tournis au juge et à la défense, plutôt que de réformer enfin une législation pénitentiaire obsolète.

Lire l’article de :

Hugues Portelli, qui est professeur de droit et de sciences politiques à Panthéon-Assas et Sénateur UMP du Val d'Oise.

http://www.slate.fr/story/le-scandale-des-prisons-fran%C3%A7aises-continue

Quant à la question des droits des détenus, elle n'est traitée que de façon générale et renvoie, pour sa mise en œuvre, à des décrets. Or, ainsi que le rappelait déjà le rapport Canivet en 2000, le détenu, même condamné, reste un citoyen et donc détenteur des droits liés à cette qualité; il est une personne, dont la dignité doit être protégée, un justiciable bénéficiant des droits procéduraux, un usager du service public pénitentiaire en droit d'exiger un fonctionnement normal de celui-ci. Sur tous ces aspects essentiels, le projet de loi est loin d'offrir des garanties suffisantes.

Par ailleurs, la prison doit être pensée, non seulement comme un lieu où une peine est subie, mais comme un lieu de réinsertion où l'objectif principal est d'éviter la récidive en permettant au détenu de retrouver une estime de soi, de se réinsérer socialement et professionnellement. Le travail et la formation en prison devraient donc être des priorités. Là encore, le texte élaboré n'est guère convaincant.

Enfin, la prison crée une coupure souvent radicale entre le détenu et son milieu familial. Rendre cette rupture définitive, c'est créer les conditions d'une marginalité et d'un isolement affectifs à la sortie de prison. Sur ce chapitre encore, le projet est quasiment muet.

...
L'Observatoire international des prisons (OIP) est né en 1990 à Lyon (France) avec pour but de promouvoir, partout dans le monde, le respect des personnes ...
http://www.oip.org/

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire