Pages






Curieux des empreintes et des chants laissés par les «transhumants », chanteur nomade moi-même, faiseur d’imaginaire, je file le temps et la "toile" au gré de multiples rencontres fraternelles. M’amusant de tout. Quoique souvent sérieux.

"Invente ! il n’est fête perdue au fond de ta mémoire. Invente les noirs béants de ce portail, l’ombre chaude à l’Equateur bue, et la foudre en tes mains reçue, ouverte comme un éventail"
(Extrait de « Langage » du poète Robert Ganzo 1898-1995)


dimanche 8 février 2009

Martinique : grève générale sur fond de tension raciale

Par François Krug
Eco89 07/02/2009 19H50

Après la Guadeloupe, la Martinique entre en grève contre la vie chère. Visés: les "békés", les descendants des colons blancs, accusés d'accaparer les richesses et de fixer les prix.
Un reportage de Canal+ sur leur pouvoir a ravivé les tensions.

En Martinique, la grève a démarré jeudi, à l'appel d'un "collectif du 5 février" réunissant syndicats et associations. Le mouvement sera-t-il aussi suivi qu'en Guadeloupe? Là-bas, il dure depuis le 20 janvier. Les négociations, menées par le secrétaire d'Etat à l'Outre-Mer, Yves Jégo, se poursuivent ce week-end.

Malaise social, mais aussi racial: un reportage de Canal+ sur "les derniers maîtres de la Martinique" a fait monter la tension. Il a été diffusé le 30 janvier en métropole et ce vendredi à la Martinique, et circule déjà sur le web.

"On a voulu préserver la race"

Le reportage s'intéresse notamment à Alain Huyghues-Despointes, 82 ans, qui domine l'industrie agro-alimentaire locale. Pour cet industriel "béké", "les historiens ont exagéré les problèmes" de l'esclavage. Plus de quatre siècles après l'arrivée des colons blancs, il tient à ce que chacun reste à sa place:

"Dans les familles métissées, les enfants sont de couleurs différentes, il n’y a pas d’harmonie. Moi, je ne trouve pas ça bien. Nous, on a voulu préserver la race."

Ces déclarations ont eu peu d'écho en métropole, mais elles ont choqué la Martinique. Dans le quotidien France Antilles, le "béké" Roger de Jaham les juge "malheureuses et inacceptables"

A lire attentivement l’article sur :
http://www.rue89.com:80/2009/02/07/martinique-greve-generale-sur-fond-de-tension-raciale

Sur ce sujet, le silence de L’Elysée…

L'Elysée? Son silence est aussi une des sources de la tension. Jeudi, pendant son interview, Mr. Nicolas Sarkozy n'a pas eu un mot pour la Guadeloupe, bloquée depuis deux semaines. Et encore moins pour la Martinique.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire