Pages






Curieux des empreintes et des chants laissés par les «transhumants », chanteur nomade moi-même, faiseur d’imaginaire, je file le temps et la "toile" au gré de multiples rencontres fraternelles. M’amusant de tout. Quoique souvent sérieux.

"Invente ! il n’est fête perdue au fond de ta mémoire. Invente les noirs béants de ce portail, l’ombre chaude à l’Equateur bue, et la foudre en tes mains reçue, ouverte comme un éventail"
(Extrait de « Langage » du poète Robert Ganzo 1898-1995)


lundi 23 février 2009

Manolo Caracol chante : « Carcelero Carcelero »



Geôlier, geôlier,
pourquoi n’ouvres tu pas les portes et les serrures ?

Je n’ai pas envie de me perdre
Par la petite faute de deux yeux
ay ! Par la petite faute de ses yeux

Quelle âme élevée cette fois-ci encore chez ce chanteur (cantaor) Manolo Caracol.

Manolo Caracol est un gitan né à Séville en 1909 et mort à Madrid en 1973

http://flun.cica.es/flamenco_y_universidad/discografia/consulta.BDatos.php?a_edicion=%25&estilo=%25&formato=%25&interprete=%25&n_disco=&palo=ROMANCE

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire