Pages






Curieux des empreintes et des chants laissés par les «transhumants », chanteur nomade moi-même, faiseur d’imaginaire, je file le temps et la "toile" au gré de multiples rencontres fraternelles. M’amusant de tout. Quoique souvent sérieux.

"Invente ! il n’est fête perdue au fond de ta mémoire. Invente les noirs béants de ce portail, l’ombre chaude à l’Equateur bue, et la foudre en tes mains reçue, ouverte comme un éventail"
(Extrait de « Langage » du poète Robert Ganzo 1898-1995)


jeudi 15 janvier 2009

Zimbabwe, le choléra a fait plus de 2 000 morts en 6 mois

par RFI (avec AFP)
Article publié le 14/01/2009 Dernière mise à jour le 14/01/2009 à 08:57 TU

L’épidémie de choléra continue de sévir, elle a fait plus de 2 000 morts en six mois d'après l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Près de 40 000 personnes seraient contaminées. L'épidémie apparue en août, due principalement au manque d'eau potable, risque de s'aggraver.

La capitale Harare, elle, détient le macabre record de victimes avec plus de 200 décès et près de 11 000 malades.

Mais le scénario catastrophe de 60 000 malades envisagé depuis décembre par les humanitaires est toujours en vigueur.

Gregory Hartl
Porte-parole de l'OMS à Genève

«Il y a quelques semaines, on a dit que dans le pire des cas, le taux pourrait arriver jusqu'à 60 000 cas. Avec la saison des pluies, avec un manque de personnel dans les stations de traitement du choléra, il y a de fortes possibilités que ça augmente encore plus.»

Selon la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, la population fait face à un « véritable cocktail Molotov mortel » où le choléra se combine à la faim et au sida, sur fond de paralysie politique depuis la défaite fin mars du parti du président Robert Mugabe. Un contexte qui ne laisse espérer aucun règlement rapide de la crise économique sans précédent marquée par une inflation inimaginable de près de 238 millions pour cent par an et qui menace des millions de personnes de famine.

L’exode pour fuir la pauvreté et un climat de violences orchestrées par les partisans de Robert Mugabe risquent de se poursuivre. Un à trois millions de Zimbabwéens se sont déjà installés en Afrique du Sud. Parmi eux de nombreux jeunes orphelins venus de tous les coins du Zimbabwe dont on ne sait pas grand-chose, si ce n’est qu’ils vivent de mendicité et sont exposés au trafic d’enfants.

http://www.rfi.fr/actufr/articles/109/article_77319.asp

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire