Pages






Curieux des empreintes et des chants laissés par les «transhumants », chanteur nomade moi-même, faiseur d’imaginaire, je file le temps et la "toile" au gré de multiples rencontres fraternelles. M’amusant de tout. Quoique souvent sérieux.

"Invente ! il n’est fête perdue au fond de ta mémoire. Invente les noirs béants de ce portail, l’ombre chaude à l’Equateur bue, et la foudre en tes mains reçue, ouverte comme un éventail"
(Extrait de « Langage » du poète Robert Ganzo 1898-1995)


dimanche 28 décembre 2008

LA DOULEUR

De Marguerite Duras
(Gallimard/folio, 1993, 217 pages)

Résumé : Dans ce court roman, Marguerite Duras nous livre son journal durant la seconde guerre mondiale. Elle nous signale en avant-propos qu'elle ne se souvient pas de l'avoir écrit mais qu'elle reconnaît bien son style d'écriture. Dans son journal elle attend Robert L. son mari qui a été déporté. Elle apprend que le camp de concentration où se trouvait son mari a été libéré par les alliés. S'en suit donc d'interminables jours d'attente entre moments d'espoir et de désespoir. Robert L. reviendra-t-il? Si oui dans quel état moral, physique et émotionnel? Que se passera-t-il alors?... Une seule façon de le savoir: lire ce très court roman.

http://www.ratsdebiblio.net/durasmargueriteladouleur.html

« J'ai retrouvé ce journal dans deux cahiers des armoires bleues de Neauphle-le-Château.Je n'ai aucun souvenir de l'avoir écrit.Je sais que je l'ai fait, que c'est moi qui l'ai écrit, je reconnais mon écriture et le détail de ce que je raconte, je revois l'endroit, la gare d'Orsay, les trajets, mais je ne me vois pas écrivant ce Journal. Quand l'aurais-je écrit, en quelle année, à quelles heures du jour, dans quelles maisons ? Je ne sais plus rien. [...]Comment ai-je pu écrire cette chose que je ne sais pas encore nommer et qui m'épouvante quand je la relis. Comment ai-je pu de même abandonner ce texte pendant des années dans cette maison de campagne régulièrement inondée en hiver.La douleur est une des choses les plus importantes de ma vie. Le mot « écrit » ne conviendrait pas. Je me suis trouvée devant des pages régulièrement pleines d'une petite écriture extraordinairement régulière et calme. Je me suis trouvée devant un désordre phénoménal de la pensée et du sentiment auquel je n'ai pas osé toucher et au regard de quoi la littérature m'a fait honte. »
Marguerite Duras.

http://livres.fluctuat.net/Marguerite-Duras/livres/la-douleur/

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire