Pages






Curieux des empreintes et des chants laissés par les «transhumants », chanteur nomade moi-même, faiseur d’imaginaire, je file le temps et la "toile" au gré de multiples rencontres fraternelles. M’amusant de tout. Quoique souvent sérieux.

"Invente ! il n’est fête perdue au fond de ta mémoire. Invente les noirs béants de ce portail, l’ombre chaude à l’Equateur bue, et la foudre en tes mains reçue, ouverte comme un éventail"
(Extrait de « Langage » du poète Robert Ganzo 1898-1995)


mercredi 31 décembre 2008

La décroissance contre l'économie de l'absurde

Par Serge Latouche

Serge Latouche est l'un des « contributeurs historiques » de La Revue du MAUSS[1], professeur émérite à la faculté de droit, économie et gestion Jean Monnet (Sceaux) de l'université Paris-XI[2]. Il est directeur du Groupe de recherche en anthropologie, épistémologie et économie de la pauvreté (GRAEEP)[3].

Dans le domaine des sciences humaines, il a développé une théorie critique envers l'orthodoxie économique[5], dénonce l'économisme[6], l'utilitarisme dans les sciences sociales et la notion de développement[7]. Il critique notamment à travers une argumentation théorique et une approche empirique nourrie de nombreux exemples, les notions d'efficacité et de rationalité économiques[8].

Il est également très critique à l'égard de la notion de développement durable qu'il considère comme une imposture[9] et une ineptie[10].

Il est un des penseurs et des partisans les plus connus de la décroissance[11] et tente de conceptualiser l'après-développement dans « un combat généralisé et organisé contre le mode de vie, devenu insoutenable, à l'échelle mondiale »[12].

Les auteurs Jean-Marie Furt et Franck Michel relèvent que « Serge Latouche a dévoilé les dangers de l'uniformisation du monde sous prétexte d'universalisation du modèle politico-économique »[14].

http://fr.wikipedia.org/wiki/Serge_Latouche



Durée : 17:36 Pris le : 20 mars 2007


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire